JE FAIS UN DON
Autre montant :

après réduction d'impôt 

après réduction d'IFI 

66% du montant de votre don est déductible de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 20% de votre revenu imposable.
75% du montant de votre don est déductible votre impôt de solidarité sur la fortune, dans la limite de 50 000€.

Autre montant :

après réduction d'impôt 

60% du montant de votre don est déductible de vos impôts, dans la limite de 5 ‰ du chiffre d'affaires de l'entreprise.

Rôle des microARNs et sous-populations myéloïdes de l’oligo-arthrite juvénile

Nadège NZIZA

Institut de Médecine Régénérative et Biothérapies (IRMB)
Hôpital Saint Eloi – CHRU Montpellier
80, rue Augustin Fliche
34295 MONTPELLIER

La forme oligoarticulaire est la forme la plus fréquente de l’arthrite juvénile idiopathique (AJI) représentant près de 50% des cas. Il s’agit d’une maladie invalidante, dont le traitement précoce est important pour réduire les atteintes articulaires. De par le faible nombre de patients, les bases physiopathologiques de l’AJI restent encore mal définies et la prise en charge thérapeutique précoce des patients manque cruellement de marqueurs diagnostiques. Les causes de l’hyperplasie et de l’infiltration de la membrane synoviale restent méconnues mais l’altération des sous-populations de cellules myeloïdes semblent jouer un rôle majeur dans la physiopathologie de l’AJI. Pourtant la caractérisation phénotypique et fonctionnelle des différentes sous-populations myéloïdes reste toujours manquante. De plus, alors que l’implication des microARNs dans la pathogenèse des formes adultes de rhumatisme inflammatoire chronique semble consensuelle, l’implication des micro ARN dans AJI reste mal explorée.

En se concentrant sur la forme oligoarticulaire de l’AJI et sur des cellules myéloïdes, notre projet vise à:
1- mieux caractériser les altérations phénotypique et fonctionnelle des sous-populations de cellules myéloïdes, en particulier les monocytes et les cellules dendritiques, présents dans le sang périphérique et le liquide synovial inflammatoire de façon à mieux comprendre leur contribution à la pathogenèse de la maladie
2- caractériser l’expression des microARNs dans les sous population CD14+ présentes de façon anormale dans le liquide articulaire de façon à identifier des biomarqueurs de diagnostic potentiels
3- étudier le rôle des microARN spécifiquement dérégulés dans les monocytes et/ou les cellules dendritiques pour déterminer leur contribution dans l’inflammation et la destruction articulaire.

Mots clés

arthrite juvénile idiopathique, cellules myeloïdes, microARNs, biomarqueurs

Pathologie -> Arthrite Juvénile Idiopathique

 

 

 

 

Partager cette page