JE FAIS UN DON
Autre montant :

après réduction d'impôt 

après réduction d'IFI 

66% du montant de votre don est déductible de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 20% de votre revenu imposable.
75% du montant de votre don est déductible votre impôt de solidarité sur la fortune, dans la limite de 50 000€.

Autre montant :

après réduction d'impôt 

60% du montant de votre don est déductible de vos impôts, dans la limite de 5 ‰ du chiffre d'affaires de l'entreprise.

Analyse fonctionnelle de la réponse immunitaire des patients atteints de dermatomyosites à anticorps anti-MDA5

COUTANT Frédéric

Immunogénomique & Inflammation, Université de Lyon

Les myosites sont des maladies auto-immunes caractérisées par une inflammation musculaire chronique et une atteinte d’autres tissus tels que la peau ou les poumons. Plusieurs autoanticorps sont spécifiquement retrouvés dans les myosites, et l’un d’entre eux, l’anticorps anti-MDA5 (anti-MDA5), définit un sous-groupe de myosites caractérisées par une atteinte pulmonaire interstitielle rapidement progressive, souvent fatale.

Nous avons observé que certains patients présentant une myosite à anti-MDA5 et sous traitement conventionnel développent des infections retrouvées dans un contexte d’immunosuppression profonde. Fait intéressant, MDA5 est un sensor cytosolique qui joue un rôle essentiel dans la réponse aux agents pathogènes médiée par l’interféron de type I. Notre hypothèse de travail est que des dysfonctionnements de cellules immunitaires contribuent, dans un «contexte tissulaire», au développement de symptômes auto-immuns mais génèrent, en systémique, un état d’immunodéficit. L’anticorps pourrait altérer la réponse immunitaire, via l’induction d’une sécrétion inappropriée d’interféron.

Nous évaluerons donc les réponses immunitaires des patients et le rôle pathogène de l’anti-MDA5 à l’aide d’échantillons issus de 23 patients suivis aux Hospices Civils de Lyon et d’échantillons de patients nouvellement diagnostiqués. Les réponses seront évaluées grâce à un test fonctionnel qui englobera un large éventail de stimuli de l’immunité innée et adaptative. Pour explorer le rôle pathogène de l’anti-MDA5, la réponse des PBMC stimulés de sujets sains et de patients sera analysée en présence ou non d’anticorps. Les lymphocytes B des patients seront immortalisés afin d’isoler les clones sécrétant l’anti-MDA5.

En perspective, le développement d’un test biologique rapide et l’identification des voies moléculaires impliquées dans les dysfonctionnements cellulaires permettront d’identifier les patients à risque de complications et d’opter pour de nouvelles thérapeutiques.

Mots clés du projet
Myosites, anticorps anti-MDA5, maladie autoimmune

Pathologie -> Myosites

Partager cette page