JE FAIS UN DON
Autre montant :

après réduction d'impôt 

après réduction d'ISF 

66% du montant de votre don est déductible de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 20% de votre revenu imposable.
75% du montant de votre don est déductible votre impôt de solidarité sur la fortune, dans la limite de 50 000€.

Autre montant :

après réduction d'impôt 

60% du montant de votre don est déductible de vos impôts, dans la limite de 5 ‰ du chiffre d'affaires de l'entreprise.

Un peu d’histoire

Historiquement, la Fondation Arthritis est la transformation de l’Association de Recherche sur la Polyarthrite (ARP) créée en 1989. Elle fût la première initiative pour favoriser la recherche sur les rhumatismes les plus graves.

Historiquement, la Fondation Arthritis est la transformation de l’Association de Recherche sur la Polyarthrite (ARP) créée en 1989. Elle fût la première initiative pour favoriser la recherche sur les rhumatismes les plus graves.

2 Hommes, 1 Femme, une même volonté

Nous sommes en 1983, Denis Bloch, apprend que son fils Joël, 7 ans, est atteint d’Arthrite Juvénile Idiopathique, une maladie rhumatismale qui frappe les enfants, s’attaque aux articulations, aux yeux, aux reins, et provoque de fortes fièvres. Le diagnostic, fait rare pour l’époque, est rapidement établi. Mais Joël souffre atrocement. Pour seul traitement, l’aspirine, afin d’éviter autant que possible la cortisone, seul anti-inflammatoire prescrit à l’époque, mais qui affecte la croissance.

Au Pr Marcel-Francis Kahn, spécialiste qu’il rencontre en 1986 à l’hôpital Bichat à Paris, Denis Bloch demande : « que peut-on faire pour aider la recherche, les équipes médicales ? » La réponse, d’abord pessimiste, laisse cependant entrevoir un petit espoir : « dans le public, il y a peu de recherches, dans le privé, pas davantage…. Mais vous devriez aller voir Françoise Russo-Marie, Directrice de recherche à l’Institut Pasteur qui travaille sur la possibilité de produire la lypocortine, possédant les propriétés anti-inflammatoires active de la cortisone sans ces effets délétères».

« Je suis allé la voir, se souvient Denis Bloch. Nous avons tout de suite eu un très bon contact. – Que puis-je faire pour vous aider ? Financer une machine à séquencer ? Je l’ai fait. Elle m’a dit aussi : allez voir un homme qui s’appelle Jacques Courtin-Clarins. Comme vous, il voudrait aider la recherche ».

Le Dr Olivier Courtin, son fils, aujourd’hui Directeur Général du Groupe CLARINS et Président de la Financière FC (Famille Courtin) raconte : « à l’époque, pour ma mère, nous nous étions heurtés à un mur. D’abord, un diagnostic extrêmement tardif, puis un traitement très lourd qui parvenait à peine à soulager sa souffrance, sans compter les effets secondaires. Cela a complètement bouleversé la vie de mes parents ».

Deux hommes, une femme, une même volonté : mieux comprendre ces maladies rhumatismales « chroniques ». Jacques Courtin-Clarins décide alors de donner forme et continuité à son envie d’aider la recherche sur les rhumatismes graves. Il envisage une structure qui contribuerait à fédérer une recherche pauvre en ressources et dispersée, physiquement et intellectuellement. Il décide de lui apporter des ressources financières suffisantes pour participer concrètement à des programmes innovants.

Réunion Arthirtis journée ARP - Arthritis

ARP – Association de Recherche sur la Polyarthrite

En 1989, sur les conseils de Françoise Russo-Marie, chercheur à l’INSERM, ils créent l’Association de Recherche sur la Polyarthrite (ARP). Dotée d’un Conseil Scientifique de haut niveau, l’ARP a pu lancer très rapidement un appel d’offres annuel centré sur l’arthrite. Dès le départ, ils reçoivent l’appui sans réserve de l’ensemble du corps médical et des chercheurs en rhumatologie, ainsi que des associations de malades. La devise de l’ARP,  » Agir pour guérir « , traduit déjà l’espoir des deux fondateurs de venir un jour à bout de ces maladies. Ils n’hésitent pas à engager dans ce combat leurs sociétés (Clarins et Raymond Bloch), leurs fournisseurs, leur entourage familial ainsi que leurs connaissances.

Dès le début, Jacques Courtin-Clarins met tout en œuvre pour que l’ARP garde la main sur les décisions qui sont prises. Le premier Conseil Scientifique nommé comprend 11 membres parmi lesquels figure son fils, Olivier, qui est à cette date chirurgien orthopédiste. Dès les premières années, Jacques Courtin-Clarins, veut associer amis et salariés du Groupe CLARINS à sa cause. Les associations de patients sont invitées à participer aux réflexions pour donner leur point de vue sur les axes de recherche.

L’énergie du tourbillon

20 ans après sa création, l’ARP, source quasi unique de financements privés dans le domaine des rhumatismes, a permis l’émergence d’une recherche française de qualité et jouit d’une large reconnaissance. Avec près de 450 financements et 7 millions d’euros investis dans la recherche, l’ARP a notamment contribué à l’émergence des biothérapies, nettement plus performantes que les médications antérieures.

Ce financement a également permis plusieurs avancées de portée universelle par des équipes de chercheurs français, comme la mise au point d’un modèle animal de Polyarthrite Rhumatoïde (PR) particulièrement performant, aujourd’hui utilisé dans le monde entier, ou la découverte des ACPA, auto anticorps spécifiques de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR), qui a conduit à la commercialisation internationale de tests diagnostiques d’une efficacité sans précédent.

Les travaux financés ont touché presque tous les aspects de la maladie : la génétique, le système immunitaire et sa régulation, le processus inflammatoire ou encore la pharmacologie. La logique scientifique avait peu à peu conduit le Conseil Scientifique de l’ARP à accepter des projets sur d’autres rhumatismes inflammatoires chroniques que la seule polyarthrite rhumatoïde. Ils se sont ouverts à d’autres pathologies, comme le lupus ou la spondylarthrite.

Ainsi, l’ARP se devait de franchir une étape vitale, celle de l’ouverture de la sphère privée de deux familles soutenues par 3 associations de patients et couvrant 2 pathologies, à l’ensemble des acteurs concernés par les rhumatismes reposant sur des mécanismes similaires.

Le tournant

Jacques Courtin-Clarins est décédé le 22 mars 2007 dans sa 86ème année. Sa volonté de renforcer l’ARP, de pérenniser l’action et les ressources de l’association au-delà de son propre engagement, son intention de l’élargir aux maladies rhumatismales inflammatoires chroniques, s’incarnent dans La Fondation Arthritis

La création de la Fondation Arthritis, peut désormais permettre une diversification et un accroissement des ressources en provenance, notamment, des particuliers et des entreprises.

Pour en savoir plus sur l’histoire de la Fondation Arthirtis retrouvez le livre 20 ans de luttes contre les rhumatismes inflammatoires chroniques, vendu au profit de la recherche : Cliquez ici