JE FAIS UN DON
Autre montant :

après réduction d'impôt 

après réduction d'ISF 

66% du montant de votre don est déductible de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 20% de votre revenu imposable.
75% du montant de votre don est déductible votre impôt de solidarité sur la fortune, dans la limite de 50 000€.

Autre montant :

après réduction d'impôt 

60% du montant de votre don est déductible de vos impôts, dans la limite de 5 ‰ du chiffre d'affaires de l'entreprise.

Les résultats de l’enquête sur « Les douleurs articulaires »

Résultat de l'enquête Ifop mené sur un échantillon de 1000 personnes.

Dans une perspective de communication et de sensibilisation des pouvoirs publics, la Fondation Arthritis a conduit une étude en questionnant un échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population française adulte sur la thématique sui­vante : Les douleurs articulaires.

Impact des douleurs

Les réponses démontrent un fort impact des dou­leurs articulaires. En effet, la grande majorité des répondants (93%) ont déjà eu des douleurs arti­culaires au moins une fois dans leur vie. Plus de la moitié des répondants comptent dans leur entourage au moins une personne (y compris eux-mêmes) atteinte de rhumatismes.

Consultation

82% des français ayant déjà eu des douleurs arti­culaires ont consulté un professionnel de santé à ce sujet. Dans la majorité des cas, la consultation du médecin traitant est privilégiée lorsqu’il est question de douleurs articulaires. Néanmoins, lorsque les symptômes persistent, la moitié des personnes qui consultent vont voir un kinésithérapeute.

Ceux qui souffrent d’affections plus sévères (ex: rhumatismes) consultent plus souvent le rhumatologue. L’ostéopathe est également souvent consulté, surtout par les per­sonnes à catégorie socioprofessionnelle supérieure.

graph ifop

Traitement

Près de 3 quarts des Français ont déjà pris des médi­caments contre des douleurs articulaires. Ces chiffres augmentent considérablement lorsqu’il s’agit de patients à pathologies sévères comme les rhuma­tismes.

Les médicaments pris par les patients sont le plus souvent prescrits par un médecin. Néanmoins, plus de la moitié des personnes, qui n’ont pas consulté de professionnel de santé pour leurs douleurs articulaires, prennent des médicaments de type antidouleurs ache­tés sans ordonnance à la pharmacie.

Douleurs & quotidien

Les douleurs articulaires impactent fortement le quoti­dien des personnes qui en souffrent. Le sommeil et les activités de loisir sont le plus souvent touchés.

L’impact des douleurs articulaires est nettement supé­rieur à celui des maladies chroniques (Activité profes­sionnelle [30% vs 25%] / Activités de loisirs [56% vs 38%]).

Seuls 7 Français sur 10 considèrent les rhumatismes comme étant des maladies. Parmi eux, la moitié des répondants sous-estime leur gravité.

Rhumatisme & idées reçues

Un quart des Français affirme bien connaitre les rhumatismes. Seuls 55% des patients atteints de rhumatismes affirment bien connaitre ces mala­dies.

Les Français n’ont pas d’avis tranché concernant les rhumatismes, ce qui traduit une connaissance limitée de ces maladies. Certaines idées reçues sur le sujet semblent même subsister puisque 8 Français sur 10 pensent à tort que les rhumatismes ne sont jamais mortels. Cette croyance est encore plus marquée chez les patients atteints eux-mêmes de rhumatismes.

La majorité des répondants pensent que les rhuma­tismes sont des maladies de l’âge, qui ne peuvent pas toucher les enfants.

 

Près de 8 Français sur 10 estiment qu’il est nécessaire et important de financer la recherche dans le domaine des maladies rhumatismales. Les jeunes sont nette­ment moins convaincus.