JE FAIS UN DON
Autre montant :

après réduction d'impôt 

après réduction d'ISF 

66% du montant de votre don est déductible de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 20% de votre revenu imposable.
75% du montant de votre don est déductible votre impôt de solidarité sur la fortune, dans la limite de 50 000€.

Autre montant :

après réduction d'impôt 

60% du montant de votre don est déductible de vos impôts, dans la limite de 5 ‰ du chiffre d'affaires de l'entreprise.

Les Biomatériaux par le Professeur Jérôme Guicheux

L’amélioration de notre compréhension des mécanismes physiopathologiques de l’arthrose (périphérique ou discale) offre aujourd’hui de nouvelles perspectives de traitements des patients souffrant de douleurs lombaires ou des articulations des membres.

L’amélioration de notre compréhension des mécanismes physiopathologiques de l’arthrose (périphérique ou discale) offre aujourd’hui de nouvelles perspectives de traitements des patients souffrant de douleurs lombaires ou des articulations des membres.

Il s’agit notamment du développement de la médecine régénératrice et de l’ingénierie tissulaire.
Elles ont pour principe l’implantation d’un biomatériau couplé à des cellules permettant la régénération du tissu malade, comme par exemple le noyau pulpeux du disque intervertébral ou le cartilage des genoux.

Les biomatériaux les plus utilisés pour ce type de traitement sont les hydrogels. Ils possèdent en effet la propriété de contenir de grande quantité d’eau, à l’instar du cartilage. Ainsi, lors de leur implantation en site lésé, ces biomatériaux vont se fondre parfaitement au sein du tissu malade et permettre aux cellules implantées d’exercer leurs actions thérapeutiques.

Les cellules régénératrices les plus étudiées actuellement sont les cellules souches adultes. Ces cellules, possible d’isoler de la moelle osseuse ou du tissu adipeux, présentent en effet des propriétés biologiques particulièrement adaptées à leur utilisation en médecine régénératrice. Elles peuvent se multiplier à l’infini, sont capables de se transformer en cellules du cartilage et peuvent sécréter des molécules « médicaments » comme des anti-inflammatoires. De essais précliniques et même cliniques ont débuté afin de définir avec précision le réel potentiel thérapeutique de ces associations biomatériaux/ cellules souches. Un des objectifs du réseau ROAD imaginé par la Fondation Arthritis s’attachera à démontrer ce potentiel (http://reseau-road.com/).

Gageons que l’avenir nous renseignera avec précision sur le potentiel de ces cellules et biomatériaux à entrer dans une nouvelle ère par les thérapies de demain.

Professeur Jérôme Guicheux,
INSERM UMRS 791, LIOAD, Université de Nantes.
Coordonnateur national du réseau ROAD de la Fondation Arthritis